RÉSUMÉ

Le dictionnaire monolingue définit les mots d'une langue avec d'autres mots de la même langue. Dans ces conditions, le lexicographe s'engage à fournir la meilleure définition possible d'un mot entrée, au moyen d'un ensemble hétérogène de discours mobilisant l'étymologie du mot, ses synonymes et antonymes, autour d'un segment central, la définition elle-même, avec parfois des saveurs aristotéliciennes autour du genre commun et des différences spécifiques, des caractères propres et même des accidents, tels qu'ils se manifestent dans les exemples inventés ou pris dans des corpus de langage cultivé ou ordinaire.

Un mot m correspondant à une entrée de dictionnaire peut ainsi se retrouver dans le discours définissant d'autres entrées a, b, c…, en particulier dans la définition proprement dire. C'est ce phénomène que nous désignons comme dissémination du mot m dans le lexique. Nous postulons que l'engagement lexicographique pris par le dictionnaire vis-à-vis de m vaut non seulement pour l'entrée m, mais pour tous les usages de m dans la définition d'autres mots. En d'autres termes, nous considérons que le dictionnaire, qui donne une définition explicite d'un mot dans l'entrée qui correspond, en donne aussi une définition implicite dans toutes les entrées qui l'utilisent dans leur définition. En somme, la définition fonctionne dans les deux sens : le terme entrée, terme défini, contribue à définir les termes utilisés dans sa propre définition.

Cet article porte sur la dissémination du mot colère dans le lexique français, telle qu'on peut l'établir à partir de deux dictionnaires informatiques, le Petit Robert et le Trésor de la Langue Française. Ce travail fait partie d'une recherche cherchant à adapter la notion de terme d'émotion à l'étude de l'émotion dans les discours, textes et interactions.


Mots-clés

Termes d'émotion; dictionnaire informatique; colère; impact; dissémination.